Nourdjan BAÏSSAL: «Respect des os»

Dans les SMI de la semaine dernière on a pu lire que les responsables de la municipalité d’Edremit (arm. Artamet – transcription supposée) de la région de Van ont fait construire une plage publique avec vestiaire et WC sur l’emplacement  historique du cimetière arménien. Les ossements ont été dispersés à travers tout le cimetière. A ce sujet la municipalité s’est expliquée sur son compte Twitter :

« L’information donnée par l’agence Didjlé concernant la destruction d’un cimetière arménien et l’édification à sa place d’une plage publique etc.. est totalement fausse ; dans cette région il n’y a pas de cimetière arménien ».

Le responsable administratif fera tout pour occulter sa honte. Malheureusement, du haut de mes quarante ans, j’ai été témoin de tels actes et cela ne m’étonne plus. Il s’agit seulement d’un nouvel acte honteux commis à l’encontre du peuple arménien dont j’ai pris connaissance pendant les débats et ai lu les commentaires suivants :

En voici quelques uns :

«  arméniens traîtres et sales porcs, ne jouez pas avec la patience du peuple turc sinon vous ne trouverez plus aucune pierre tombale »

« Ce ne sont pas des arméniens qui y sont enterrés mais des terroristes ordinaires »

« Si quelqu’un a commis cet acte, ce sont bien les arméniens »

« Au cimetière il n’y avait pas de WC. Donc c’est un service rendu à nos citoyens arméniens… »

Faut-il s’étonner des paroles d’un tel « individu » ? On a construit un wc sur des tombes d’arméniens qui sont pourtant citoyens de votre gouvernement et de plus il menace : « sales porcs d’arméniens, vous ne trouverez plus aucune pierre tombale » écrit-il. Et il faut de plus considérer ces wc comme un cadeau rendu aux arméniens…. La haine, la haine, rien que de la haine !

Après ce tweet, nous apprenons que cette plage publique est fermée, que des camions et des excavateurs ont commencé les travaux, que le chef religieux protestant de Van, Vakhit Yildyz , n’a pu y pénétrer. Yildyz a déclaré que des ossements ont été repérés dans les tas de terre retournée : « Dans des lieux comme les églises, cimetières ou sanctuaires il n’est pas bon de construire des toilettes, des douches ; c’est contraire à l’éthique » a-t-il souligné. Si la pareille avait été faite dans un cimetière musulman, il est plus que probable qu’une mobilisation ait lieu.

Il y a eu tant de violences sur cette terre. Les arméniens, les assyriens, les chaldéens, ces peuples ont été anéanti sur cette terre. Nos grands-pères aussi ont participé  à ces massacre et  génocides. Depuis de longues années je vis avec cette honte. Je ne veux plus partager cette honte à cause de ce qui s’est passé dans ce pays. Je ne me considère pas comme une composante de cette société. Je ressens une colère terrible envers ceux qui ont accompli ces actes. Je veux lutter contre ceux qui accomplissent ces actes barbares, ces pogroms, ces crimes. Je veux que cela ne se reproduise plus.

Ma grand-mère Aïcha, décédée à l’âge de 104 ans, me racontait comment on avait tué leurs voisins arméniens. A coup de pelle, de hache, à coups de feu ; on les jetait du haut de la falaise de notre village et elle les a pleurés jusqu’à sa mort. Ma grand-mère me racontait encore que les os savent également parler. Ma grand-mère disait qu’elle en avait entendus parlé. Ils priaient qu’on s’occupe d’eux et qu’au moins, quelquefois, on vienne leur rendre visite.

Dans ce pays on ne respecte pas les vestiges d’ossement. Ici on tue, on affame, on laisse sans travail, on jette dans les prisons. Mais maintenant nous savons en plus, qu’ici, on est capable de construire des wc sur les tombes !

Mais les ossements parlent…

Nourdjan BAÏSSAL

Militante, écrivain d’Amid

Voskanapat info

Please follow and like us: