VI Forum «Arménie-Diaspora 2017». Lévon Beklaryan: «L’Arménie sur son envol». Rapport

Le début du XXe siècle se solde par le Génocide du peuple arménien sur toute l’étendue du Plateau Arménien et la création «d’un Etat-réserve» sous la forme d’une Arménie Soviétique. Pour empêcher la création d’un gouvernement arménien s’étendant sur tout le Plateau arménien, tout a été bon: les génocides, le pillage du capital arménien, délégation de la Question Arménienne à divers courants, projet d’une Arménie diminuée

Le constat des maigres ressources existantes  ne doit pas être supérieur aux possibilités de survie biologique  d’une population qui a frôlé l’anéantissement. L’environnement doit entrer dans une dynamique de soutien actif à la configuration de l’état de réservation. Pour cela on doit donner aux voisins immédiats des territoires hors réserve.  Par la suite, le projet bolchévique a bu la tasse. Puis lors de la nouvelle conjoncture historique, se posait déjà la question comment écarter les bolchéviques.

Pendant ce court laps de temps, les débris survivants de  race arménienne ont su faire renaître la culture arménienne, construire une société industrielle moderne en terre d’Arménie soviétique. Ce fait s’avère être «un des miracles du XXe siècle». Tout cela a été possible grâce au fond de son ancienne civilisation – édification, procédés de transformation des infrastructures.

La fin du XXe siècle voit la formation de la République Arménia. La première tentative de se débarrasser de l’état de réservation a conduit à ce que l’Azerbaïdjan intervienne (l’un des bénéficiaires de l’état de réservation existant) dans ce qu’on nomme guerre du Karabakh. Du point de vue de la géopolitique officielle, un tel Etat n’est pas viable.Les Arméniens ont créé encore un «autre phénomène du XXe siècle», un nouveau type de structure étatique – «Arménia – Artsakh – Diaspora».

Pendant le déroulement de la guerre une armée capable de combattre s’est formée et elle a gagné cette guerre en 1994. Plus tard, en avril 2016, au cours de la guerre des quatre jours, a vu l’émergence d’une nouvelle qualité – l’élite politico-guerrière arménienne  – qui n’a pas permis de retourner l’opinion publique contre sa cause. Cela constitue une valeur majeur dans l’histoire arménienne des  cinq cent ans écoulés.On ne peut reconstruire pierre par pierre une souveraineté nationale qu’à partir d’une armée nationale dotée d’une élite politico-militaire nationaliste.

Parallèlement à ces conquêtes, la fin du XXe siècle est lié à des processus politiques intolérables. Pour la première fois dans son histoire (sur le territoire de l’République d’Arménie) on a réussi, par le mensonge,  imposer une idéollogie  usurière, destructrice, contraire à l’essence de l’arménité – peuple créateur. Le pillage du pays, la création d’une oligarchie sont la marque de cette idéologie. Le caractère mensonger, néfaste et anti-patriotique de l’organisation oligarchique gouvernementale est devenu évident. Est également évidente , pour le développement du pays, l’importance primordiale  et sans incontestable du capital humain .  Cela se voit lorsqu’on se trouve face à une armée beaucoup plus conséquente, à des technologies pointues qui deviendront essentielles pour permettre le démontage du système oligarchique gouvernemental.

Le début du XXIe siècle voit se profiler de nouveaux défis et sur une grande échelle. Le plus dangereux d’entre eux est l’absence totale de dialogue à l’échelle universelle. Ces derniers trois cent ans, la tentative de paix avancée par le monde anglo-saxon d’inclure le Plateau Arménien et les territoires alentours à l’Atlantique n’a pas abouti. La situation n’a pas changé. Aujourd’hui il y a  lutte pour le contrôle mondial entre le producteur le plus puissant – la Chine – et le client puissamment argenté qu’est l’Europe. Cet important communicateur , comme il y a mille ans de cela,  englobe le Plateau Arménien et ses alentours.

Dans les prochaines décennies, la Chine et l’Asie du Sud-est seront des fournisseurs avec lesquels on comptera. L’Océan représente un axe commercial essentiel  contrôlé par le monde anglo-saxon. Ces voies commerciales peuvent être parcourues en une journée. De plus, assurée de bonnes voies de communication terrestres vers l’Europe, le volume de sa consommation suffit à assurer le développement de l’économie chinoise sans connaître de période de stagnation. C’est de cette manière que se définit l’importance de ce communicateur. L’Arménie et Artsakh se trouvent dans l’épicentre de ce communicateur, ce qui engendre une série de risques sérieux pour leur sécurité.

Pour que le peuple arménien survive et se développe, il est indispensable qu’il sorte de sa situation de réserve:

– L’avenir du peuple arménien dépend du règlement définitif et total de la Question Arménienne

– Le Plateau Arménien est reconnu en tant que territoire de la civilisation arménienne

– Le Plateau Arménien est reconnu en tant toit de tous les arméniens

– La perception arménienne du monde, fondée sur la création et étrangère aux principes usuriés est reconnue comme valeur première

– Le Plateau Arménien  est un territoire de paix et d’accord lesquels peuvent être garantis par une perspective stratégique dans le cadre d’un  concept de neutralité armée permanente

– Est reconnue la primauté de cette civilisation (arménienne) sur toutes les autres présentes sur le territoire du Plateau Arménien, de Transcaucasie et de toute l’Asie Mineure de même que l’essor de ces territoires en fonction de leurs capacités et de leurs atouts.

 

Lévon Beklaryan,

Député de l’Assemblée Natioale (Parlement) de l’Arménie Occidentale,

Docteur ès sciences physico-mathématiques, professeur, directeur des recherches scientifiques auprès de l’Institut de mathématiques économiques de l’Académie des Sciences d’ Russie

Erévan, le 19.09.2017

 

VIe Forum «Arménia – Diaspora» – 2017

IIIe division – Politique extérieure

Section 3.4 – Défis contemporains de politique extérieure et action collaborative Arménia-Diaspora

Please follow and like us: