Un arménien incroyable qui a récupéré des orphelins arméniens du désert syrien

Parnag Shishigyan est un Zeytountsi héroïque qui a récupéré des centaines d’orphelins arméniens de familles arabes dans le désert syrien après le génocide arménien. Son nom n’est pas connu de la plupart des Arméniens. Par conséquent, il vaut la peine de concentrer son attention sur sa vie et ses bonnes actions. Il est enterré dans la petite ville de Hovdashad, à quelques kilomètres à l’extérieur d’Erevan.

Le mois dernier, Zarmik Sargsyan d’Erevan a publié sur sa page Facebook un hommage très émouvant à

 Parnag Shishigyan après avoir visité sa tombe. La seule référence à son accomplissement unique est un livret publié il y a 30 ans par Hagop Jghlyan dont il avait sauvé la famille. Le livre était justement intitulé « Une vie laissée dans l’ombre ». Sargsyan a tenté de sortir la vie de Shishigyan de l’ombre et de le présenter au grand public.
Du 10 avril au 18 mai 1915, la ville héroïque de Zeytoun en Cilicie est dépeuplée. Les hommes ont été rassemblés dans les fameux « bataillons ouvriers » turcs ottomans. Sur la route de Deir Zor, en Syrie, Parnag, 14 ans, ignorant les serpents et les scorpions autour de lui, a passé des jours à câliner le cadavre de sa mère qui a été tuée par l’épée d’un soldat turc. Il a été secouru par un Arabe bédouin de la tribu Shammar qui, après avoir creusé une tombe dans le sable pour la mère de Parnag avec son poignard, a placé le jeune garçon sur son cheval et l’a emmené chez lui.
Le jeune Parnag, qui connaissait déjà l’arménien, l’allemand et le turc, apprit bientôt aussi l’arabe. Outre l’élevage de moutons et de chameaux, Parnag, rebaptisé Ahmet El Jezza, a enseigné aux membres de la tribu comment écrire en arabe. Il est devenu très populaire dans la région en raison de sa diligence, de son humilité et de son sérieux.
Bientôt, au cours de l’élevage de moutons, Parnag rencontra dans le désert de nombreux enfants arméniens adoptés par les Arabes locaux. Il leur a rappelé leur héritage arménien et a commencé à écrire leurs noms et lieux de résidence dans un cahier.
En 1924, « Ahmet », 23 ans, en tant que jeune homme de confiance et alphabétisé, a été invité à livrer un troupeau de moutons acheté à Alep par de riches Arabes. Une fois à Alep, il a été surpris de voir des pancartes arméniennes sur les devantures des magasins et des personnes parlant arménien. Les Arméniens locaux lui ont offert un emploi et un logement, mais il a refusé les offres, disant qu’il avait une famille dans le désert et ne pouvait pas les abandonner.
Il a ensuite montré à un cordonnier arménien son cahier énumérant les noms et lieux des enfants arméniens vivant dans le désert avec des familles arabes. Il s’était promis de rassembler ces enfants arméniens, de les aider à se marier et de retrouver leurs proches, s’ils étaient encore en vie. C’était une tâche très difficile. La plupart des enfants, ayant vécu avec des familles arabes pendant plusieurs années, ne se souviennent pas de leur héritage et ne savent pas qu’il existe encore d’autres Arméniens. Mais Parnag a persisté malgré les obstacles.
Le cordonnier Panos, président du comité de sauvetage des orphelins arméniens des tribus arabes et kurdes, a été stupéfait. Au cours des derniers mois, le Comité a à peine sauvé deux enfants et maintenant Panos voit un cahier entier rempli de noms arméniens.
Après être retourné dans sa tribu, Parnag a continué d’envoyer liste après liste des enfants arméniens à Alep. Le comité de sauvetage se rendrait ensuite dans le désert, rembourserait les membres de la tribu et emmènerait les enfants arméniens à Alep ou à Beyrouth.
Finalement, le gouvernement syrien a attribué deux villages du désert aux Arméniens. Parnag s’est marié avec une Arménienne du nom de Wadha qui a changé plus tard son nom en Siranoush. Respectant leurs parents arabes adoptifs, ils ont accepté que la cérémonie de mariage soit célébrée par un cheikh musulman. Le couple avait prévu un mariage arménien plus tard. Les quatre « frères » arabes de Parnag n’étaient pas contents qu’il les quitte pour aller s’installer dans le nouveau village arménien de Tel El-Brak. Ils ont divisé les affaires familiales en cinq. Parnag a emporté avec lui 100 moutons, cinq chameaux, un cheval, un fusil et des articles ménagers.
Parnag a amené des centaines d’Arméniens arabisés dans son village, leur a donné des noms arméniens et arrangé leurs mariages. Il a organisé les jeunes hommes du village pour recueillir les ossements des martyrs arméniens de Deir Zor, Raqqa, autour des fleuves Euphrate et Khabour et la tragique grotte de Sheddedeh. Parnag a organisé une cérémonie commémorative pour les âmes des défunts !
Les deux villages arméniens du désert ont rapidement prospéré. Ils ont formé une organisation sportive et un groupe de musique. En 1947, lorsque Parnag a pris conscience de la migration de masse vers l’Arménie soviétique, il a décidé de retourner dans son pays d’origine ! Il a laissé tous ses biens derrière, sauf une chose, son cheval arabe, qu’il a donné à un ranch de chevaux après son arrivée en Arménie.
La famille de Parnag s’est installée à Hovdashad, un village près d’Echmiadzin où il travaillait comme fermier. Son épouse, Siranoush, a eu cinq autres enfants en Arménie. Même si Parnag avait récupéré des centaines d’enfants arméniens, il avait toujours pensé aux centaines d’autres enfants qui ne l’étaient pas, y compris sa belle-soeur la sœur de Siranoush.
Dans le cimetière de Hovdashad, il y a une statue de Parnag en tenue arabe. La maison que Parnag a construite en 1956 dans ce village est maintenant comme un musée, où ses vêtements et ses photos sont exposés.
Les Arméniens d’Arménie et de la diaspora devraient visiter le village de Hovdashad et la tombe de Parnag pour rendre hommage à l’homme qui a récupéré des centaines d’orphelins arméniens et les a rendus à leur patrimoine.
Par Harut Sassounian 
Éditeur, The California Courier 
Please follow and like us: