Lettre ouverte au Directeur Général de l’UNESCO Audrey Azoulay

Chère Mme Audrey Azoulay!

Permettez-moi de vous exprimer mon profond respect et de confirmer une fois de plus que la République d’Arménie occidentale (Arménie), reconnaissant et ratifiant le 20 mars 2018 la Charte de l’UNESCO, accepte pleinement ses dispositions et objectifs déclarés par l’organisation, contribuant ainsi au renforcement de la Charte. la paix et la sécurité grâce à une coopération accrue entre les pays et les peuples dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture; assurer la justice et le respect de la légalité, le respect universel des droits et des libertés fondamentales d’une personne proclamés dans la Charte des Nations Unies, pour tous les peuples, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion.

Avec un grand respect pour vous et votre travail! Grâce à vous, des travaux très importants sont en cours pour préserver le patrimoine culturel de l’humanité, à la fois tangible et intangible!

Grâce aux conventions adoptées par l’UNESCO, la communauté internationale est unie pour atteindre des objectifs communs, préserver le patrimoine culturel de l’humanité.

Dans le même temps, je dois dire que j’ai été profondément déçu et surpris par le choix du pays pour la tenue de la 43e session du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui s’est déroulée du 30 juin au 10 juillet 2019 dans la capitale du pays. République d’Azerbaïdjan, Bakou, qui a examiné l’état de conservation des sites du patrimoine mondial et inclus de nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial. J’avais un doute sur la sensibilisation de vos employés, qui étaient supposés étudier le pays dans lequel ils allaient organiser la 43ème session.

La République d’Azerbaïdjan est un État dont le gouvernement a détruit et continue de détruire bon nombre des plus grands monuments antiques et églises, l’héritage culturel du peuple arménien. Un exemple éloquent de cela est la destruction de 89 églises arméniennes médiévales, de 5 400 khachkars (croix de pierre) et de 22 700 pierres tombales, dont 400 khachkars dans le village d’Agulis et la destruction de milliers d’originaux médiévaux. et les anciens khachkars de Jugha en 2005 à Nakhijevan.

Compte tenu de ce qui précède, la position de l’UNESCO concernant la tenue de sessions et d’autres manifestations dans des pays où les gouvernements n’empêchent pas la destruction de monuments culturels semble floue. Plus récemment, le monde entier a pleuré Palmyre et le monde entier est en train de restaurer ce qu’il est encore possible de récupérer des actions barbares.

Malheureusement, nos monuments arméniens ne peuvent pas être restaurés! Ils sont détruits, effacés dans la poussière!

De nombreux historiens et journalistes confirment la conclusion selon laquelle diverses personnalités azerbaïdjanaises s’emploient à s’approprier et à falsifier le patrimoine historique et culturel de quelqu’un d’autre – qu’il s’agisse de symbolique, de musique, de cuisine, d’art appliqué, d’architecture… et d’histoire! Il n’y a pas d’évaluation juridique appropriée ni d’opposition à ces violations et crimes par le gouvernement de la République d’Azerbaïdjan. Ce n’est toujours pas de l’UNESCO.

Madame Azoulay, vous appelez au respect de l’esprit des Conventions du patrimoine mondial en tant que moteur de l’unité, mais les dirigeants de la République d’Azerbaïdjan les négligent. Comment expliquer autrement cette attitude non civilisée vis-à-vis du patrimoine culturel d’autres pays et peuples? Nul autre que le désir de vider la mémoire des gens qui ont vécu et construit sur cette terre?

Et comme si les employés de l’UNESCO ne le savaient pas!

Je tiens à rappeler que votre discours prononcé lors de la séance d’ouverture de ce patrimoine ne devrait jamais servir à diviser la société ou à opposer la mémoire d’un groupe à l’autre. En choisissant un pays qui détruit l’héritage culturel d’une autre nation, vous vous contredisez involontairement!

En tant que représentant de la culture et de l’art, je suis convaincu que la politique des pays ainsi que la normalisation des relations entre les peuples et la préservation du patrimoine culturel mondial pour la postérité dépendent de notre haute mission, honnête, honnête et incorruptible.

Vous avez parlé de confiance dans votre discours. “La Convention du patrimoine mondial est l’un des rares forums de dialogue sur le bien commun, notamment parce que sa mise en œuvre est guidée par une expertise scientifique qui en assure la crédibilité.” (Source, page 4)

Je pense qu’il serait raisonnable d’attirer votre attention sur le fait que le simple fait de choisir un pays et de tenir des réunions et des séances dans un pays où l’entrée des Arméniens de souche est de facto impossible, quelle que soit leur nationalité, peut entraîner des poursuites pénales. poursuites et emprisonnement, cela prive les journalistes, les universitaires, les personnalités publiques et les citoyens ordinaires, d’origine arménienne, de participer à de telles réunions.

Un choix aussi étrange et inconsidéré est trop évident comme une restriction directe des droits et inadmissible d’un point de vue juridique et éthique.

J’espère que vous et vos collègues lirez attentivement tous les arguments présentés et prendrez la décision raisonnable de ne pas organiser à l’avenir de sessions ou autres manifestations organisées sous les auspices de l’UNESCO dans les pays où les principes fondamentaux des activités de l’UNESCO et du patrimoine mondial Convention sont violés, car au lieu de préserver le patrimoine culturel de l’humanité, ils ne sont pas correctement protégés et même détruits.

Je vous demande également de procéder à une inspection sur la validité du choix pour la tenue de réunions et de séances en République d’Azerbaïdjan et dans d’autres pays, à l’exclusion de la participation aux événements de représentants d’autres nationalités.

Avec respect,

Yulia Guyloyan,

Ministre de la culture de la République d’Arménie occidentale (Arménie)

22 juillet 2019

Please follow and like us: